3. 08. 2020

print Created with Sketch. PRINT

3. 08. 2020

Rapport trimestriel des chemins de fer 2/2020 Le coronavirus freine l’élan des transports publics

Les données relatives à la demande ferroviaire au deuxième trimestre 2020 illustrent les effets de la pandémie de coronavirus sur les transports publics suisses. Sur la période d’avril à juin 2020, le nombre de personnes-kilomètres enregistrés est inférieur de 63,6 % par rapport au deuxième trimestre de l’année dernière. La baisse est moins brutale dans le trafic marchandises avec - 13,9 % de tonnes-kilomètres nettes, mais les effets de la crise du Covid-19 en sont néanmoins élevés.

La Suisse s’est retrouvée en situation extraordinaire du 16 mars au 16 juin en raison du nouveau coronavirus. Afin de contenir la propagation du virus, le Conseil fédéral a exhorté la population suisse à rester à la maison et à éviter les transports publics. Alors que les conséquences de la pandémie étaient déjà visibles au premier trimestre 2020, la demande s’est véritablement effondrée au deuxième trimestre dans le trafic voyageurs ferroviaire. Sur la période d’avril à juin 2020, les personnes-kilomètres sur le rail ont diminué de 63,6 % par rapport à la même période en 2019. L’offre des transports publics a été allégée par étapes pendant la période de semi-confinement à la suite de la baisse du nombre de passagers, mais une grande partie du trafic a néanmoins dû être maintenu sur mandat du Conseil fédéral. C’est la raison pour laquelle le total des sillons-kilomètres du trafic voyageurs n’est inférieur que de 10 % à celui de l’année dernière. La pandémie de coronavirus a ainsi créé un grand écart entre des charges très peu réduites (offre) et une brutale baisse des recettes (demande), ce qui a entraîné d’importantes pertes financières pour les entreprises de transport.

La performance de transport du trafic marchandises ferroviaire a baissé de 13,9 % en glissement annuel pour un total de 2,6 milliards de tonnes-kilomètres nettes. Pour comparaison, l’interruption de la ligne de la vallée du Rhin à Rastatt avait entraîné une baisse de 6,4 % de ce chiffre au troisième trimestre 2017 en comparaison annuelle. Dans le secteur du trafic marchandises ferroviaire, où les marges sont faibles, la pandémie a également pour conséquence de sérieux problèmes financiers.

Au total, les trafics voyageurs et marchandises sur le rail ont recouru à 44,7 millions de sillons-kilomètres au deuxième trimestre 2020, soit 10 % de moins qu’au deuxième trimestre 2019.

Perspectives

Il n’est pas encore possible de savoir combien de temps il faudra pour que les transports publics se remettent du recul extrême de la demande dû à la pandémie de Covid-19. Les entreprises de transports publics ont subi de grandes pertes financières qu’elles ne sont pas en mesure de compenser par leurs propres moyens. Dans ce contexte, le Parlement fédéral traitera à la session d’automne 2020 un projet de compensation des pertes de recettes à hauteur de 800 millions de francs.

Renseignements

Michael Ruefer, directeur suppléant de la LITRA | 031 328 32 37

Roger Baumann, communication UTP | 031 359 23 15

Le rapport trimestriel ferroviaire de la LITRA et de l’UTP comprend le trafic des entreprises suivantes:

  • Trafic voyageurs: Appenzeller Bahnen, BLS, CFF, FW, MGB, MOB, MVR, RegionAlps, RhB, SOB, SZU, Thurbo, Tilo, Zentralbahn.
  • Trafic marchandises: BLS Cargo, CFF Cargo, CFF Cargo International, DB Cargo, DB Cargo Schweiz, RailCare, Rheinland Cargo Schweiz.
  • Infrastructure: BLS Netz, CFF, HBS, SOB, STB, Thurbo.