17. 05. 2021

"Une véritable révolutation pour les tp au Tessin"

Roberta Cattaneo est directrice régionale Sud des Chemins de fer fédéraux suisses (CFF) depuis 2018. Originaire du val Calanca, dans le canton suisse des Grisons, elle a hérité la passion des chemins de fer de son père Angelo, lui aussi dans les CFF. Auparavant, elle a travaillé chez Swisscom, à la Radio suisse de langue italienne (RSI) et à l’Office fédéral de la communication (OFCOM). Aujourd’hui, non seulement elle tient les rênes de la région Sud des CFF, mais elle est aussi membre du conseil d'administration de TILO SA, la compagnie de chemins de fer italo-suisse.

CFF région Sud: Le nouvel horaire 2021 a été appliqué intégralement dans le Tessin aussi, un impératif pour le développement du transport public. Une véritable révolution du transport régional qui rapproche de plus en plus les principaux pôles des différents cantons. En outre, avec la mise en service du tunnel de base du Ceneri et l’achèvement de la nouvelle ligne ferroviaire à travers les Alpes (NLFA), le trafic grandes lignes national et international peut également bénéficier d’une réduction des temps de parcours et de davantage de trains en circulation entre le nord et le sud et vice versa.
Comment les CFF vivent-ils ce changement d’horaire, malgré la pandémie?

Roberta Catteneo: Le changement d’horaire a été appliqué de manière efficace et régulière. Malgré la pandémie en cours, les CFF ont pu garantir et consolider une offre de qualité, qui respecte ses hauts standards de ponctualité. Il va sans dire, ainsi que l’a communiqué récemment M. Vincent Ducrot, PDG des CFF, que l’année 2020 a enregistré une forte chute du trafic de voyageurs. La situation ne s'est pas améliorée au cours des premiers mois de 2021. Le moral des collaborateurs est bon et les efforts entrepris pour fournir un service de transport public efficace ont été importants.

Dans le Tessin, l’horaire a été mis en place en deux temps: tout d’abord un horaire intermédiaire introduit le 13 décembre, puis une offre finale entrée en vigueur dans son intégralité le 5 avril.
Comment ces deux étapes se sont-elles déroulées? Y a-t-il eu des problèmes particuliers?

Dans la première phase, la mise en place d’un horaire intermédiaire à partir du 13 décembre s’est déroulée sans encombre, conformément aux modalités convenues avec les maîtres d’ouvrage. Un résultat considérable pour le transport public de demain dans le Tessin. Il faut aussi tenir compte de la complexité technique et technologique de la mise en service du tunnel de base du Ceneri, un défi conséquent pour assurer une ponctualité exemplaire. Dans ce contexte, l’interaction entre la circulation des trains et les systèmes assurant la sécurité du trafic ferroviaire a été l’un des plus grands défis à relever. Pas d’entrave non plus à l’instauration de l’horaire définitif du 5 avril. À ce jour, les résultats obtenus sont satisfaisants et représentent une avancée importante dans la mission des CFF de développer de plus en plus le réseau ferré en Suisse.

Qu’est-ce qui a changé principalement le 5 avril 2021 dans le Tessin?

Avec l’achèvement du tunnel de base du Ceneri (13.12.2020) et du chantier sur le tronçon Contone-Tenero (22.03.2021), les liaisons entre les principaux pôles du canton sont désormais plus rapides et plus fréquentes. Le temps de parcours entre Lugano et Locarno n’est que de 30 minutes environ. Quant à celui qui sépare Bellinzona de Lugano, il est de 15 minutes; entre Locarno et Bellinzona, il faut compter 25 minutes. Un gain de temps considérable qui permet au Tessin de disposer d’un système de transports publics régionaux innovant. Les nouveautés à partir du 5 avril sont, en particulier:

  • TILO RE80: mise en service complète de la nouvelle ligne Locarno – Lugano – Chiasso – Milan Centrale par le tunnel de base du Ceneri.
  • Ligne TILO S10/S50: liaison par le tunnel de base du Ceneri
  • Ligne TILO S20: de Castione-Arbedo à Locarno
  • Introduction de la nouvelle ligne TILO S90
  • La mise en service de la liaison directe par la ligne panoramique du Saint-Gothard Locarno-Zurich/Bâle, en collaboration avec la SOB (Schweizerische Südostbahn, les chemins de fer du Sud-Est suisse), qui, sur l’horaire intermédiaire, s’arrêtait à Bellinzona.
  • Les quais des arrêts de Riazzino et Gordola ont été prolongés et rénovés dans le cadre de l’aménagement de la nouvelle double voie partielle entre Contone et Tenero.

Dans l’ensemble, comment les usagers ont-ils accueilli la nouvelle offre régionale?

L’accueil de la population a été tout à fait positif. Nous avons reçu de nombreux éloges de la part des usagers, extrêmement surpris de la vitesse des liaisons entre les trois principaux pôles du canton. Au-delà de l’offre ferroviaire, nous tenons à souligner que l’offre générale des transports publics, trafic routier compris, a été massivement mise en œuvre dans le canton du Tessin. La circulation liée aux principales agglomérations urbaines (Lugano, Locarno et Bellinzona) dispose désormais d'un réseau rapide, innovant et flexible. Les trajets sont plus rapides et plus fréquents, ce qui constitue une nouveauté dont bénéficie tout le territoire suisse.

L’offre actuelle est-elle influencée par la pandémie?

Indirectement, oui. L’année dernière, à cause du confinement de mars, décrété par les autorités fédérales et cantonales, non seulement l’offre ferroviaire a été réduite, mais les chantiers en cours ont dû être temporairement interrompus. Parmi ces derniers, les travaux du grand chantier de Contone – Locarno pour le doublement partiel de la voie ont dû être suspendus pendant environ un mois. Cette décision a retardé leur conclusion, entraînant des répercussions sur l’offre de décembre. Il a donc fallu attendre que les travaux soient finis et de ce fait prévoir un deuxième horaire définitif à partir du 5 avril. Ce chantier étant désormais terminé (les deux voies sont en service depuis le 22 mars 2021) et l’horaire 2021 définitif étant en place, les trains RE80 entre Locarno, Lugano et Chiasso peuvent transiter toutes les demi-heures, avec une extension horaire vers Milan.

La pandémie actuelle a entraîné une diminution de la fréquentation, et ce bien que l’offre sur le territoire tessinois représente une véritable révolution du transport public régional.

Quelles sont les attentes des CFF pour le futur? Y aura-t-il une hausse de la demande avec le nouvel horaire?

Les CFF ont confiance en l’avenir et sont convaincus qu’une fois la pandémie maîtrisée, les usagers recommenceront à prendre les transports publics, des lignes régionales et nationales aux grandes lignes internationales. Il va sans dire que la pandémie a profondément modifié les habitudes de la population suisse. Par exemple, on peut supposer que ceux qui font la navette en semaine pour se rendre à leur travail seront moins nombreux, car le télétravail sera de plus en plus pratiqué, mais cette diminution pourrait être compensée par une mobilité accrue pendant les congés. De plus, en ce qui concerne le canton du Tessin, la nouvelle offre ferroviaire, rendue possible grâce à la mise en service du tunnel de base du Ceneri, génèrera certainement une augmentation des usagers, en particulier dans des villes telles que Bellinzona, Locarno et Lugano.

Dans quelle mesure la relation avec les municipalités, le canton et les autres parties prenantes du projet a-t-elle été importante?

Si l’on veut développer un réseau ferré innovant, dont l’exploitation est plus flexible, ces relations sont d’une importance colossale. La collaboration reste la clé pour pouvoir faire avancer des projets de grande envergure, qui soient, à long terme, bénéfiques pour toute la population. Il suffit de penser à la portée d’un projet comme celui de la NLFA, qui, avec la conclusion du TBC, permet désormais une augmentation considérable du trafic ferroviaire de fret et de passagers. Une véritable révolution du transport public.

Vu la baisse importante de la fréquentation, pourquoi n’avez-vous pas réduit l’offre comme pendant le premier confinement?

Réduire l’offre demande un effort énorme et, au bout du compte, ne mène pas à de grosses économies, c’est pourquoi nous avons évité de répliquer la gestion de 2020. C’est une décision à laquelle nous sommes parvenus après une scrupuleuse analyse des finances et des multiples scénarios envisagés. Comme nous le savons tous, le service public de base doit être garanti, même dans des situations extraordinaires.