7. 05. 2020

print Created with Sketch. PRINT

7. 05. 2020

« Enquête sur la mobilité pendant et après la crise sanitaire »

La crise sanitaire engendrée par le coronavirus impose aux populations européennes de vivre dans un contexte fortement contraint. Les mesures prises varient selon les pays mais relèvent dans tous les cas d'une limitation plus ou moins forte des déplacements. Celles-ci imposent de recomposer les programmes d’activités et les différentes formes de mobilité qui en découlent. La communauté scientifique doit se mobiliser dès à présent pour accompagner tous les acteurs des territoires, les autorités politiques, les transporteurs, les aménageurs notamment dans les décisions qu'ils vont devoir prendre dans les mois qui viennent, pour juguler les risques de la propagation de l’épidémie à court terme et pour planifier la vie d’après. Le blog de Vincent Kaufmann, professeur et asocié de Mobil'homme, bureau de sciences sociales.

L’Europe de la crise sanitaire du coronavirus peut être un laboratoire. Pour dépasser la gestion des urgences actuelles, il est indispensable de se doter aussi d’outils de suivi et de compréhension de l’évolution sur un plus long terme des pratiques mobiles des personnes.

Avec le soutien de la LITRA et de plusieurs acteurs dont la liste actuelle est produite à la fin de cet article, l’équipe du bureau de sciences sociales Mobil’homme a déployé une enquête internationale sur les trois points suivants :

  • La relation nouvelle tissée par chacun avec les territoires de proximité ;
  • Les effets de la crise sanitaire sur les pratiques modales et sur représentations sociales associées à chaque mode ;
  • L’expérimentation du numérique et ses effets sur la mobilité, avec le télétravail et le e-commerce notamment.

La présente enquête a plusieurs particularités :

  • Elle est internationale et porte sur plusieurs pays : Suisse, Espagne, France, Allemagne, Autriche, Luxembourg et Belgique.
  • Elle aborde la question des pratiques modales en période de crise avec une approche des logiques du choix modal et de l’outil typologique développé au milieu des années 1990 et adapté en 2019 au sein du Laboratoire de sociologie urbaine de l’Ecole polytechnique fédérale. Cet outil a déjà été largement utilisé dans plusieurs pays européens ;
  • Elle est construite de manière longitudinale, prévoyant de re-questionner les mêmes personnes dans quelques mois et d’évaluer ainsi les changements sur un temps plus long, à la fois en matière d’apprentissages de nouvelles pratiques modales, d’un rapport renouvelé à son environnement et à la mobilité digitale. La construction longitudinale permet aussi de tester l’hypothèse d’un changement significatif sur les valeurs associées généralement aux différents modes.

L'enquête est en cours pendant tout le mois d’avril et le début mai et cible environ 10'000 questionnaires remplis.

Mobil’homme est un bureau de sciences sociales actif dans l’urbain et la mobilité, basé à Lausanne (Suisse). Il a été fondé en 2015 comme spin off du Laboratoire de sociologie urbaine (LaSUR) de l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL). Les membres de notre équipe sont aussi actifs dans la recherche scientifique fondamentale et dans l’enseignement supérieur en Europe. Cette situation unique fait de Mobil’homme un point de passage rare entre la recherche en sociologie, urbanisme, économie régionale, sciences politiques ou géographie et l’expertise de haut niveau. Nos clients, en Suisse, en France et ailleurs en Europe, sont notamment des collectivités territoriales, des entreprises privées, des associations non gouvernementales.

Nous remercions les co-financeurs qui ont décidé de soutenir l’effort de cette recherche :

Pour le bureau Mobil’homme :

Prof. Vincent Kaufmann, sociologue

Dr Emmanuel Ravalet, économiste

Dr Marc Antoine Messer, urbaniste

Dr Laurie Daffe, anthropologue

Dr Stephan Utz, géographe

Ing. dipl. David Moreau, ingénieur environnement

Dr Yann Dubois, géographe