7 Fév. 2018

Aménagement de l’infrastructure ferroviaire – une nécessité malgré la numérisation

7 Fév. 2018

La mobilité est en pleine mutation. Actuellement, personne ne sait précisément quel sera le degré de numérisation des transports publics à l’avenir. De sorte qu’un aménagement de l’infrastructure ferroviaire reste une nécessité. Le blog du président de l’Union des transports publics (UTP), Norbert Schmassmann.

La mobilité est en pleine mutation. La numérisation gagne tous les domaines de la vie, également celui de la mobilité. Actuellement, personne ne sait précisément quel sera le degré de numérisation des transports publics à l’avenir. On peut supposer, au regard de l’évolution technologique, que des trains, des trams et des bus sans conducteur ainsi que des automobiles autonomes circuleront un jour sur les routes. Mais à partir de quand? C’est la question en suspens. Le changement est la seule certitude. De plus, de nouvelles formes de propulsion gagneront en importance; ainsi, l’électromobilité transformera en profondeur les transports publics routiers. Là aussi, la question est de savoir à quelle vitesse.

Beaucoup de constantes dans le domaine de la mobilité

Pour autant, il y aura aussi des «constantes» dans le domaine de la mobilité. Beaucoup de choses ne changeront pas: par exemple, l’être humain et ses besoins en mobilité. Malgré la numérisation et de nouvelles formes de mobilité, les besoins fondamentaux de nos clientes et clients, à savoir les acquis en matière de transports publics, demeurent inchangés: toutes et tous veulent des transports publics fiables, ponctuels, propres et à un prix abordable, c.-à-d. voyager de manière agréable (de préférence sur une place assise) ainsi qu’un transport de marchandises sûr et bien rodé, n’affectant pas, si possible, la mobilité des personnes, ce qui posera des exigences plus élevées à la logistique.

Dans les transports publics, une offre étoffée avec des correspondances optimales et de bonnes conditions de transit restera importante, sur l’ensemble du territoire suisse. Et l’on peut partir du principe que cela restera aussi essentiel à l’avenir.

Les transports publics encore plus importants

Grâce à leur fiabilité et leur qualité, les transports publics sont particulièrement appréciés en Suisse. La demande va croître, parce que la mobilité globale augmente et que les aspirations politiques continuent d’aller dans le sens d’une augmentation de la part modale des transports publics. Selon les perspectives d’évolution des transports de la Confédération, la croissance du trafic devrait se poursuivre. La Confédération prévoit une augmentation de 40 pour cent d’ici 2040, et la part des transports publics doit passer de 19 à 23 pour cent. Maîtriser et financer judicieusement cette croissance représente un défi de taille. Une hausse de la part des transports publics dans la mobilité globale est, comme je l’ai dit, un élément essentiel pour atteindre les objectifs de la stratégie énergétique. Bref, l’importance des transports publics va encore augmenter.

Des goulots d’étranglement en dépit d’une meilleure efficacité

Dans ce contexte, la numérisation aidera à mieux exploiter l’infrastructure existante. Le secteur des transports publics prend de nombreuses mesures pour y parvenir. Mais une meilleure utilisation de l’infrastructure ne suffit pas pour compenser la croissance du trafic. La numérisation ne change rien au fait que beaucoup de gares manquent de capacités et doivent être aménagées compte tenu des flux de clients attendus. De même, le temps de stationnement des trains en gare et aux arrêts ne peut guère être réduit.

Pour pouvoir maîtriser la croissance du trafic attendue et prévue, il faut non seulement utiliser plus efficacement les infrastructures existantes, mais aussi continuer de développer le réseau ferroviaire. Seuls les rails permettent en effet de transporter rapidement, dans des structures à forte capacité, un grand nombre de personnes vers les différents arrêts/gares, de manière fiable et ponctuelle (et donc précisément planifiable). Il en va de même dans les villes et agglomérations où, du fait de la concentration de la demande en prestations de transport, il y aura encore des lignes de bus et de tram avec de plus grandes structures capacitaires. Vouloir maîtriser la mobilité dans les villes uniquement avec des automobiles autonomes serait voué à l’échec compte tenu des besoins de place des nombreuses petites structures de transport.

Un grand engagement de la branche en faveur d’un aménagement

C’est pourquoi l’Union des transports publics (UTP) continue de se mobiliser fortement pour un nouvel aménagement des transports publics et, en particulier, du ferroviaire. Une infrastructure ferroviaire bien aménagée constitue la pierre angulaire de tout le système des transports publics. L’UTP soutient donc l’étape d’aménagement 2035 présentée par le Conseil fédéral. Mais comme les infrastructures ferroviaires ne peuvent être construites du jour au lendemain et qu’une longue phase de planification précède la construction, les travaux d’infrastructure doivent être planifiés à long terme. Nous le devons aux générations à venir, qui auront elles aussi des besoins en mobilité similaires, voire identiques.

En tant que Président d’Union venant de Suisse centrale, je me réjouis que le Conseil fédéral, dans sa réponse à une interpellation du conseiller aux Etats Konrad Graber, indique être disposé à faire avancer rapidement les travaux de planification de la gare souterraine traversante de Lucerne pour que ce projet se concrétise.

Dr. Norbert Schmassmann, Président de l’Union des transports publics (UTP)

Téléchargement
Vous trouverez cet article sous format PDF ici.